Les transports à Toulouse

Une ville connectée

L’agglomération étant particulièrement étendue, elle nécessite un maillage de transports en commun important, réseau qui ne cesse de se développer depuis ces cinq dernières années.

Diversité des transports à Toulouse : le maillage métro – tramway – bus

Après la mise en service de sa nouvelle ligne de Métro B en 2009 (reliant le nord au sud de l’agglomération) et le Tramway, la ville souhaite étendre encore son réseau de transports. La mise en place du Boulevard Urbain Nord (BUN), réseau multimodal urbain de 13 km (axe routier, Transport en Commun en Site Propre et pistes cyclables) qui relira le secteur nord aux communes de la première couronne, en est une illustration.

 

Le prolongement du Tramway vers l’hypercentre (Ligne Garonne) et la construction d’une branche vers l’aéroport sont programmés pour 2013 et permettront une nouvelle approche du centre historique et un raccordement des correspondances avec les deux lignes de métro.

Extension du réseau ferré et aérien

D’ici 2020, le réseau ferroviaire de transports à Toulouse accueillera la ligne à grande vitesse (LGV) et deviendra une place centrale entre la France et l’Espagne (Barcelone). L’arrivée de la LGV devrait générer un afflux de 6 millions de passagers supplémentaires.

 

L’aéroport Toulouse-Blagnac, classé au quatrième rang des aéroports de province, a vu son nombre de lignes aériennes multiplié par deux et le trafic aérien augmenté de 8,2%, en 2012. Son objectif à moyen terme est de devenir le deuxième aéroport français (création de la première base Air France en province, nouveaux terminaux, 22 nouvelles lignes, extensions parkings…).

Les nouveaux transports à Toulouse : téléphérique – vélo – voiture partagée

Dès 2017, la ville va diversifier encore son offre de transports à Toulouse. Le projet de téléphérique au Sud de la métropole devrait permettre de diminuer le trafic routier et de relier en quelques minutes 3 pôles d’activités majeurs (l’Oncopole, le CHU de Rangueil et l’Université Paul Sabatier). Une quinzaine de cabines, d’une capacité de 35 places chacune accueilleront entre 6 000 et 7 000 voyageurs par jour.

 

Depuis peu, le service Vélo Toulouse est disponible 24h/24 et rencontre un énorme succès. La ville de Toulouse a également développé une offre d’auto-partage sur le même modèle.

 

Avec une croissance démographique record, la mobilité est sans nul doute le défi majeur que doit relever Toulouse ces prochaines années : meilleure vitesse commerciale, plus large amplitude horaire, fréquences cadencées, espace public redistribué au profit des modes de déplacements doux.

 

À l’horizon 2020, chaque toulousain disposera ainsi, où qu’il se trouve et où qu’il se rende dans l’agglomération, d’une alternative crédible à la voiture individuelle. C’est le défi que doit relever le réseau de transports à Toulouse.